01/07/2016 Décision Atelier parle de Cotrolia


Une belle double page dans le magazine spécialisé Décision Atelier pour la promotion de la rechange électronique !

Extraits :

Créé à Couëron, à proximité de Nantes, Cotrolia s’est positionné comme l’un des principaux référents sur le marché de la rechange électronique. L’entreprise est en mesure d’intervenir sur divers composants à l’exception des airbags – dans son site de
500 m2 où elle traite environ 1 000 demandes chaque mois. Le processus est bien rodé :
chaque jour, le service logistique réceptionne les pièces envoyées par les clients garagistes
avant de les transférer à l’atelier technique où elles sont affectées à des techniciens.
Après rénovation, elles sont renvoyées immédiatement aux ateliers. « Nous faisons en sorte de respecter un délai maximal
de 48 heures. La rapidité, c’est très important pour éviter une trop longue immobilisation du véhicule », précise Vincent Nicot.
Aujourd’hui, Cotrolia collabore avec près de 5 000 professionnels sur l’ensemble du
territoire. Un chiffre grandissant puisque les garages faisant appel aux services de la société nantaise sont toujours plus nombreux. « Au lancement de notre activité,
seuls les MRA indépendants nous sollicitaient puisque les concessionnaires remplaçaient les pièces défectueuses par du neuf, rappelle le cogérant de Cotrolia. Depuis quelques
années, la tendance s’est inversée : les concessionnaires travaillent de plus en plus avec nous. Ils nous font enfin confiance... Deuxraisons expliquent selon moi ce changement :
une volonté de limiter le montant des factures et une prise de conscience des vertus de la réparation. »
Pour faire face à ces besoins, Cotrolia vient d’ailleurs d’informatiser l’ensemble de son organisation : les professionnels peuvent faire leur demande directement depuis le site
de l’entreprise, qui se charge ensuite de rapatrier les pièces grâce à un service de transport. Le garage peut alors suivre en temps réel le statut de sa commande depuis cotrolia.fr.

Cotrolia - Décision Atelier

Lien vers l'article complet

Source : Décision Atelier / juin 2016 - N°111